Aulofée spectaculaire sans spectateur

Nous faisons route en « rase cailloux » aux abords de l’Île Verte, côté du large (48° 5’ 00’’N 069° 23’ 15’’O). Toutes voiles dehors par 25 nœuds de vent arrière, c’est limite. Mes deux équipiers popotent le dîner. Je tiens bien le bateau, mais j’ai hâte qu’ils soient disponibles pour réduire la voilure. Passée la pointe de l’île, je reçois un vent d’accul provoquée par un couloir de vent entre le continent et l’île, et soufflant à 35 nœuds. C’est idiot de me faire prendre ainsi, ce phénomène est décrit dans les livres. Je tiens le bateau un moment, mais je sens du patinage et le voilà qui part en aulofée. La gîte est si forte que l’extrémité de la bôme plonge dans l’eau. Mes équipiers basculent par-dessus la table du carré avec tout le dîner et se ramassent cul par-dessus tête dans les équipets de l’autre bord. Heureusement, le bateau se retrouve face au vent et se redresse en contre-gîte tout aussi brusquement, en projetant mes équipiers sur le plancher. Je leur crie : « les gars vous êtes les plus chanceux du monde ! ». Comme ils me regardent, plutôt fâchés, j’ajoute : « dehors, vous seriez à la mer ! ».

Par Robert Routhier

Spectacular luffing without any audience

Sailing offshore alongside the coast of l’Isle-Verte at “a stone’s throw of the shore” (48°5’00’’N 069°23’15”O), we are racing forward downwind at 25 knots close to the limit of the boat’s rigging. My two crew member are rustling up the meal. The boat steers well but I am anxious for their help to downsize the sail plan. Once the tip of the island is passed, I get in a corridor of a 35-knot downwind airflow created by the funnel made by the island and the mainland. I realise how stupid I have been to forget this phenomenon largely describe in the maritime literature. I can still control the helm, but I can feel the boat starting to do like a skating pattern and suddenly the boat shifts and uncontrollably luffs. It is heeling in such a way that the boom plunges into the water. My teammates roll over the table to end upside down in the shelves and all the lunch lands on the floor. Luckily the boat ends up facing the wind, then briskly rights itself up to a windward heel which brings the unfortunate crew members back on the floor. I yell to them “Hey, you are the luckiest persons in the world!” As they look at me rather angrily, I add, “Being outside, you would have been thrown overboard!”

Translation by Dominique Lebot

Nous joindre