Les mélomanes fantômes

Sur un mouillage du Saguenay, la nuit est tombée et nous sirotons un post-apéro. Un groupe de bélugas descend avec le jusant en vocalisant dans le grand silence de la nuit. Ils tournent autour du voilier sans que nous apercevions autre chose qu’une blancheur furtive dans les eaux noires. Je descends au carré pour faire jouer l’Agnus Dei de la Missa da cappella a sei voci’’In illo tempore’’ de Claudio Monteverdi. C’est immédiatement le silence du côté des bélugas. Puis nous les apercevons serrés tête-bêche sous le bateau, sur le dos, la tête inclinée d’un bord puis de l’autre comme des mélomanes avertis. Nous réveillons les trois enfants à bord qui tremblotent, blottis dans nos bras et se frottent les yeux de stupeur. Stupeur, car en plus du spectacle je leur raconte des chouennes. – C’est un cours de musique que je leur enseigne toutes les semaines. – Regardez ce « bélu-gars » qui dandine la tête, il m’a dit qu’il veut devenir chef d’orchestre.  – Et là, cette « bélu fille » qui sourit de plaisir! Elle fait signe à son « bélu bébé » de venir plus près…………. J’adore quand les enfants me regardent comme si nous passions la lisière de l’incrédule.

Par Robert Routhier

Another time anchored in the Saguenay River, the day has died and we are calmly drinking another night cap. A group of belugas going down with the ebb flow vocalise in the silence of the night. They circle the boat and we can only see their swift white shapes in the black waters. On the spur of the moment, I go into the saloon and start the Agnus Dei de la Missa da cappella a sei voci “In illo tempore” de Claudio Monteverdi. Immediately, the belugas silence themselves. We then start to see the belugas head-to-foot under the boat on their backs, their heads nodding from one side to another as dedicated music lovers. We quickly wake up the three children onboard who are shivering, snugged in our arms and rubbing their eyes in awe as I tell them one of my “chouennes”(funny stories).

Translation by Dominique Lebot

Nous joindre