Réduire et réduire encore

En automne 2012, nous convoyons Grande Ourse vers sa cale sèche de Chicoutimi. Pendant les premiers 10 milles, nous avons du vent d’est venu du fleuve, mais je sais que nous subirons bientôt le vent d’ouest du Saguenay. Il se voit déjà, quelques milles devant, aux abords de la Pointe aux Crêpes (48°12’ 58.34»N 069°53’ 35.09»O). Une véritable voûte dans les tons de gris à noir. Je fais réduire au 2e ris sur la grand-voile et prends un ris sur le foc de route. Sous la voûte qui approche, je perçois la mer toute blanche. Je comprends que la crête des vagues est arrachée par le vent, et que nous serons bientôt dans une ventée d’au moins 45 nœuds. Je fais prendre le 3e ris sur la grand-voile, détendre complètement les lattes pour l’aplatir au maximum et la faire ressembler le plus possible à une grand-voile tempête (ou voile suédoise). Je fais ranger le foc et installer le tourmentin. Dix minutes plus tard, la dépression nous rejoint. Tout se passe très bien. Nous tirons des bords raisonnables à 55° du vent, la barre est douce, les virements se font sans problème. Une seule chose m’indispose : mes lunettes de ski coulent et s’embuent.

Par Robert Routhier

Reef once, then reef again

In the fall of 2012, we are shipping our boat, Grande Ourse, to its dry dock of Chicoutimi. For the first 10 miles, we have an easterly wind from the St-Lawrence River, but I know we will soon be facing the westerly wind of the Saguenay River. Already, a few miles ahead, we can see it coming close to the “Pointe aux Crêpes (48°12’58.34”N 069°53’35.09”O). A real black and gray dome shaped weather system is approaching. I require to reduce the mainsail to its second reef and the jib of one reef. Under this weather system coming closer, in the distance I see the water surface all white. I then understand that the wave crests are blown away by a strong gusty wind and that we soon will be facing an air flow of, at least, 45 knots. The mainsail is then reduced up to its third reef, its battens are slacked to flatten the sail to its maximum, so, it looks like a storm sail (or Swedish sail).

Translation by Dominique Lebot

Nous joindre